III.Influence sur la société

 

A . Au niveau economique

La base de l’économie mafieuse se situe dans le système de collecte du « pizzo » (le racket) : les mafieux utilisent le chantage de revenu en échange d’une « protection ». Les revenus sont divisés en deux parties : l’économie illégale et légale. Ces deux parties sont liées. Ainsi, par exemple, les revenus de l’économie illégale « economia sommersa » permettent de créer de nouvelles entreprises qui sont elles légales. De même la production peut être légale mais la vente illégale et vise versa. Ce sont ces liens qui posent d’énormes problèmes qu’affronte le gouvernement italien pour démasquer les entreprises mafieuses, en vérifiant par exemple, les mouvements et les dépôts bancaires ou les appels d’offre. Ensuite, le blanchissement de l’argent est une activité à part. On connaît les grands trafics illégaux: drogues, armes volées. Mais nous pouvons également noter des affaires moins connues tels que le trafic de déchets industriels, la fraude aux subventions alimentaires, les grands travaux d’infrastructure et ainsi de suite. La liste des secteurs est longue qui peut aller de la prostitution aux contrôles des casinos, de la fausse monnaie au trafic d’êtres humains mais aussi plus récemment de la cybercriminalité (piratage et détournement de fonds sur Internet). Tous ces réseaux se sont bien évidemment étendus aujourd’hui au niveau international.

Conséquences: Aujourd’hui, le produit économique des mafias italiennes représenterait un chiffre équivalent à environ 15 % duPIBde l’Italie,soit près de 220 milliards d’Euros. Mais le chiffre d'affaire des mafias n'est pas calculé dans les statistiques officielles du PIB car il s’agit d'activités économiques illégales. La mafia n’est plus qu’une entreprise mais est devenue au fil du temps un empire financier.

  • Trafic de stupéfiants : Le trafic de stupéfiants est la plus massive et la plus médiatisée des activités illicites transnationales. Les organisations criminelles passent par des zones instables où la corruption réduit toute interdiction à néant (plusieurs régions d’Amérique centrale et des Caraïbes et des Balkans). Celle –ci est la plus meurtrière des activités criminelles internationales.
    -Nombre de consommateurs dans le monde 
    : 200 millions de personnes.

  • Trafic d’armes légères : Celle-ci est la plus meurtrière des activités criminelles internationales.
    -Montant estimé du trafic : plus de 1 milliard de dollars par an.
    -Conséquences du trafic : Des nations unies estiment que les armes légères illégales entraineront 500 000 morts par an dans le monde.

  • Trafic d’êtres humains : Ce trafic qui a explosé pendant la décennie de 1990 est en forte augmentation. Les victimes sont principalement vouées à la prostitution, au vol et à la mendicité.
    -Chiffre d’affaire : 17 milliards de dollars par an.
    - Nombre de victimes : 25 millions de personnes par an.

  • Contrefaçon : La contrefaçon et le piratage représentent pour leurs victimes un préjudice annuel élevé.
    -Chiffre d’affaire : d’environ 500 milliards de dollars.

 (Données d’après Atlas)

B. Au niveau politique

Aujourd’hui, les groupes mafieux s’infiltrent de plus en plus dans certains milieux politiques en se basant sur un échange mutuel : les mafieux aident les politiciens à détenir le pouvoir et ainsi les politiciens s’engagent à les protéger. En effet, par des techniques rodées, la mafia italienne pousse ses affiliés à voter pour certains partis. C’est ainsi que certains mafieux accèdent à des rangs de maire comme Vito Ciancimino ayant eu des liens avec la mafia et étant arrêté puis incarcéré en 2001. Lorsque la mafia a affaire avec les tribunaux, elle réclame surtout de l’aide auprès des hommes politiques souvent complices. En manipulant toutes les élections locales, en gérant tous les élus importants et contrôlant le fonctionnement de l’Etat local. Le pouvoir des mafieux est presque semblable au régime de Mussolini: dictatorial. C'est pourquoi ce dernier veut en finir avec ce pouvoir local qu’il l’empêche d’imposer son pouvoir d’autorité. Il envoie donc en Sicile le préfet Cesare Mori qui, à l’aide des miliciens fascistes, mène la première grande lutte contre le crime organisé.  

Quelques faits divers…

  • Arrestation de Toto Riina : Bernardo Provenzano aurait balancé Toto Riina afin de sauver la vieille mafia.  Arrêté en 1993, le fils de l’ancien maire de Palerme Vito Ciancimino a assuré que le mafieux aurait bien été trahi par son vieux compagnon de Corleone.  
  • Arrestation de Bernardo Provenzano : Le chef suprême de la mafia sicilienne devenu « Parrain des Parrains » suite à l’arrestation de Toto Riina en 1993, fut arrêté en 2006 à Corleone dans le centre de la Sicile.
  • Arrestation de Salvator Piccolo : En novembre 2007, après 25 ans de poursuite, la police italienne a arrêté le parrain présumé de la mafia sicilienne, Salvatore Piccolo dit le baron. Avec son fils de 32 ans, ils furent parmi les trente mafieux les plus recherchés. Piccolo avait débuté en tant que garde du corps d’un mafieux avant de monter en grade ; Il serait arrivé à la tête de l’organisation criminelle suite à l’arrestation en 2006 du « parrain des parrains », Bernardo Provenzano.

Et pleins d’autres… 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×